logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

La petite Jérusalem dans la conscience juive

Un phénomène bien connu que de trouver en Algérie des petites villes (parfois très petites) et qui se sont donné le titre de "Petite Jérusalem". Quelquefois l'expression leur était attribuée d'office.

Parmi ces localités, il y avait Médéa, Tlemcen, Souk Ahras, Aïn Beïda et bien d'autres. Et pourquoi ?

Jérusalem, capitale d'Israël avait été à la fois le centre spirituel, l'appareil social et le cerveau qui régissaient le Pays tout entier. Et donc, dès que dans un endroit on trouvait une activité religieuse intense, une atmosphère qui liait l'ensemble (ou la presque totalité) de la population juive et une cohésion sociale où les membres agissaient au sein du groupe, on pouvait affirmer qu'on était dans la petite Jérusalem.

 La petite ville agissait en diapason avec la "Grande Jérusalem", elle vibrait de toute son âme avec elle, elle était son extension, sa continuité spirituelle hors du temps.

Ainsi Salomon Darmon me raconta un jour qu'à Souk Ahras, même lorsqu'on travaillait on pensait à un passage de la Tora, du Talmud.

La Paracha de la semaine se vivait au quotidien ; il était commun d'échanger des opinions sur un commentaire qui n'était pas tout à fait clair ou qui était compris différemment par des personnes différentes. Tout le monde s'y mettait, du ferblantier au secrétaire de la mairie, de l'imprimeur à l'instituteur. Après le travail, tous se retrouvaient à la synagogue pour la prière de Minha et Arbit. Quand quelqu'un présentait un nouveau livre de Tora, de commentaires, il fallait l'ouvrir et y lire au moins une phrase ou quelques unes, comme pour dire : "C'est ainsi que je participe à la vie spirituelle de notre Jérusalem".

Tonton Salomon Darmon me dit également un jour : "Tu sais, je sens ici (en plaçant la main droite sur son cœur) que Jérusalem est en moi, plus encore, moi, je suis à Jérusalem". Je crois qu'il n'y a rien de mieux pour illustrer cet attachement profond de la Jérusalem d'en bas (de la Diaspora) à la Jérusalem d'en haut (celle d'Israël).

Rachbats (l'un des deux grands Rabbanim venu de Palma de Majorque en 1391 s'installer à Alger) n'a-t-il pas écrit dans son fameux Maguen Avot que l'hébreu est la seule langue où Jérusalem se dit Yerouchalaïm (pluriel de deux = duel) :

- la Jérusalem d'en haut (la céleste) et

- la Jérusalem d'en bas (la terrestre).

Et puisqu'on parle et de Jérusalem (d'Israël), qu'elle était belle cette coutume des Juifs d'Algérie, de se faire enterrer avec un petit sachet de terre d'Israël ; l'une rappelant l'autre !

 

Commentaires   

0 # Kitty Morse 01-07-2018 19:47
Bonjour:
Je vis en Californie. Mn grandpere maternel se nommait Amram (Armand) Darmon, d'Oran.. Nous avons aussi des cousins Karsenty en France. Sommes-nous de la meme famille?
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN