Imprimer
Affichages : 104

Dimanche 11 Mars, de 14h à 19h,  Didier Nebot dédicace son livre : "Les Bûchers d’Isabelle la Catholique" au Salon du Roman Historique organisé par la ville de Levallois avec le concours de La Médiathèque et de quatre librairies partenaires

Cette année encore, le programme du Salon du Roman Historique démontre l’importance qu’accordent les écrivains à l’Histoire et l’influence qu’elle a sur leur œuvre.

C’est pourquoi la présidence du Salon a été confiée à Didier Decoin, romancier et scénariste ayant souvent placé l’Histoire au cœur de ses récits

Un extrait du livre :

"Solal, seul, pénétra dans le cimetière juif en se couvrant la tête. Il avait son arc avec lui. Il s’approcha de la tombe de sa mère pour se recueillir un moment. Il pleura. Il avait perçu dans ses dernières forces, lors du tournoi, une présence qui avait gonflé son cœur d’espoir. Il se sentait très proche de cette mère qu'il n’avait pas connue, il n’était plus qu’un enfant près de la stèle de marbre, et en fermant les yeux il eut l’impression, était-ce le vent, d’une caresse sur ses cheveux. À ce moment la pierre sacrée de la famille qui lui avait servi à mieux tendre son arc lors du concours tomba au sol. Il la ramassa et l’embrassa. Peut-être l’avait-elle protégé, ne disait-on pas qu’elle faisait des miracles. Il dédia sa victoire à sa mère, pria le Seigneur, puis, le cœur en paix, rentra affronter sa vie d’homme.

 On festoya beaucoup, ce soir-là dans les maisons juives de Tolède. Ils furent nombreux à voir dans cette victoire l’empreinte de Jéhovah, qui réconfortait son peuple si souvent humilié. Solal venait en un instant de laver tous les affronts subis par les siens depuis tant d’années. Sa notoriété fit même le tour de la péninsule ibérique, où l’on vint de très loin pour le féliciter et admirer son trophée. L’arc, l’humble arc qui avait servi au tournoi devint un objet de légende ; on l’accrocha au mur et pendant des années Solal, s’il se prenait à douter, jetait un œil à l’arme pour se remémorer sa victoire. Inconsciemment il y associait toujours cette étrange et insolite pierre oblongue qui lui avait toujours porté bonheur.

...Un jour il retrouva un étrange ouvrage expliquant comment le Temple de Jérusalem avait été construit: « Dieu demanda à Abraham de marcher et d’emmener son fils Isaac au loin afin de le lui offrir en sacrifice. Au bout d’un certain temps Abraham aperçut une couronne de nuages qui lui désigna le lieu du martyr. Alors qu’il s’apprêtait à sacrifier son fils Isaac, Dieu lui intima l’ordre de le remplacer par un bélier. Il lui révéla qu’en ce lieu serait construit le Temple des nations. C’était le Mont Moriah.

Plus tard, en cet endroit, Jacob, fils d’Isaac, s’assoupit sur une pierre et rêva d’une échelle où montaient et descendaient des anges du ciel. A son réveil il dit: « Que ce lieu est redoutable, ceci n’est autre que la maison de Dieu et ici est la Porte du ciel

Cette pierre, où s’était assoupi Jacob fut la pierre de fondement sur laquelle fut construit par Salomon le premier Temple de Jérusalem. Elle représente le centre d’élévation de toutes les prières du monde. Certains pensent même qu’elle fut donnée à Moïse.

Sur cette pierre de fondement, Salomon plaça l’Arche d’alliance qui contenait les deux tables de pierre sur lesquelles étaient gravés les dix commandements que Moïse avait reçus de Dieu. Cet endroit, sacré entre tous les endroits sacrés, s’appelait le Saint du saint.

Le Saint du Saint contenait uniquement l’Arche d’alliance. Nul n’avait le droit d’y pénétrer, hormis le grand prêtre une fois par an le jour du Yom kippour. Il était séparé par un rideau du Saint qui comprenait trois objets sacrés : La Ménorah, la table des pains de proposition et l’autel des offrandes de parfum.

L’Arche d’alliance disparut du temps du premier Temple et nul ne sait ce qu’elle est devenue. Certains la verraient cachée dans les ruines du Temple, quelque part dans le sous-sol de Jérusalem, d’autres emportée par un des fils de Salomon vers la reine de Saba, d’autres encore cachée sur le mont Pisgah par le prophète Jérémie. »

Informations pratiques

https://salonromanhistorique-levallois.fr/