logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Lecture de la Torah : Chémot Exode 1:1 - 6:1
RECONNUS EN TANT QUE PEUPLE ! Par Caroline Elishéva REBOUH

Moïse et le buisson ardent

Le Pharaon est saisi de crainte devant le phénomène supra normal de la prolifération des enfants d’Israël qu’il désigne de "PEUPLE" !
C’est le première fois que le peuple est désigné comme entité distincte et indépendante des autres groupes ethniques :
LE PEUPLE JUIF !

Les fractions tribales ne se retrouveront que pour des questions de droit familial comme pour les héritages par exemple et les alliances, puis, pour le partage des territoires. La seule des tribus qui n’a droit à aucun privilège territorial sont les LEVY qui ont trop à faire avec les taches sacerdotales : le culte, l’encens, les sacrifices etc….

Ce deuxième livre de la Torah commence comme un livre de contes.

Les midrashim sont nombreux à nous mettre dans l’ambiance qui régnait en Egypte à cette époque et sans les commentaires qui s’y rattachent nous ne pourrions comprendre vraiment ce qui était le climat historique : la Torah est très concise et en un chapitre nous assistons à la naissance de Moïse, une phrase nous permet de le voir grandir et, devenu un homme, nous assistons à sa fuite vers le pays de Midiane. Je vous propose de considérer quelques midrashim qui vont nous éclairer et entrevoir toute la magnificence qui entourait notre peuple en ces temps-là, où leurs conditions de vie empirèrent tout doucement, sans trop déranger les habitudes et suffisamment tout de même pour que ces changements deviennent insupportables à la longue, à tel point qu’une clameur s’éleva vers les Cieux !

Le texte nous dit qu’un nouveau roi s’éleva sur l’Egypte. Roi qui n’avait pas connu Joseph. Ceci nous apprend que le Pharaon de la dynastie régnante au moment où l’Egypte était au bord du désastre économique lorsque Joseph, fils de Jacob, servit de conseiller et sauva l’Egypte du "gouffre" à deux reprises1. Une nouvelle dynastie s’empara du trône et édicta ses nouvelles lois.

La Magie et l’idolâtrie étaient très usitées et consulter les devins était une pratique courante.

Le Midrash nous rapporte que les femmes juives, à chaque accouchement, donnaient la vie à 6 bébés en même temps c’est la raison pour laquelle très rapidement, les descendants des douze tribus devinrent si nombreux au point qu’au moment de la sortie d’Egypte, ils étaient 600 000 hommes âgés de 20 à 60 ans, sans compter les femmes, les enfants et les vieillards des deux sexes.

Le pharaon ayant consulté ses devins sut qu’un être d’exception devait naître chez les Hébreux, quelqu’un qui aurait un point commun avec l’eau. C’est la raison pour laquelle, le souverain exigea de faire périr en les noyant dans le Nil, tous les nouveaux nés des familles juives.

Amram et Yokhéved de la tribu de Lévy formaient une jolie petite famille avec leurs deux enfants Aharon et Myriam. Devant cette menace concernant les nouveaux nés, ils décidèrent de divorcer (de se séparer) et, bien que Myriam ne fût qu’une toute jeune fille, elle convainquit ses parents de recommencer à vivre ensemble en leur disant qu’ils se montraient plus sévères que Pharaon étant donné que le roi ne visait à faire périr que les garçons tandis qu’eux refusaient la vie même aux filles ! C’est ainsi que le couple se reforma en secret (car les officiers royaux enregistraient les mariages juifs pour pouvoir exercer un contrôle sur les naissances juives) et, Yokhéved, bien qu’âgée de 130 ans, conçut (2). Le mariage ne fut publié que trois mois plus tard environ.

Par ailleurs, grâce au sens prophétique de Myriam, Yokhéved sut que ce bébé qu’elle portait était voué à un destin tout particulier et qu’il porterait une "couronne" (3). Il faut d’ailleurs souligner le fait que les devins égyptiens firent une prédiction semblable et, c’est la raison pour laquelle, ainsi que nous le verrons un peu plus loin, ces sombres personnages accusèrent Moïse de vouloir détrôner le souverain.

Mais, n’anticipons pas : grâce au fait que le mariage d’Amram et Yokhéved fut officiellement célébré trois mois plus tard, l’accouchement se produisit sans que nul ne le sache ce qui permit à la mère de nourrir son bébé trois mois durant. Moïse naquit déjà circoncis et tout se déroula dans la discrétion la plus absolue. Sachant que les officiers pharaoniques ne tarderaient plus à paraître, la mère et la fille confectionnèrent un berceau fait de joncs et enduit de bitume pour le rendre imperméable aux eaux du Nil. Myriam suivit son jeune frère et conseilla à la princesse royale (qui aperçut ce berceau à l’abandon et se l’appropria n’ayant pas d’enfant par elle-même) de prendre une nourrice parmi le peuple juif.

C’est ainsi que le jeune Moïse fut élevé comme prince à la cour de Pharaon. Un jour, étant sur les genoux du souverain, le jeune garçon s’empara de la couronne et la posa sur sa tête : « funeste présage » s’exclamèrent les devins ! On s’efforça de soumettre le garçonnet à un autre test avant de statuer sur son sort et on posa devant l’enfant un plateau empli de pierres précieuses et un autre plein de braises incandescentes. Moïse voulut s’emparer d’un rubis brillant de tous ses feux mais, un Ange fit dériver la main de l’enfant vers les braises brûlantes, il saisit une braise qu’il porta à sa bouche (4).

Ceci provoqua un soulagement et l’acte de s’être approprié la couronne pharaonique fut classé parmi les actes anodins et dépourvus de sens tel ceux que font les enfants en bas âge.

Le fait d’avoir été nourri par le sein de sa mère naturelle et d’avoir assisté aux conditions de vie misérables des esclaves hébreux eut un impact sur la sensibilité du « Prince Moïse » chez lequel se développait déjà son sens prophétique qui s’éveilla de manière impromptue à la faveur d’un acte de violence contre un esclave. Moïse, alors, nous enseigne la Torah " regarda de ci de là" avant d’exécuter ce maître esclavagiste. Le sens de cette phrase tendrait à faire comprendre au lecteur qu’il voulut savoir si quelqu’un serait témoin de cet acte vengeur. Cependant, l’exégèse est différente : grâce à son sens prophétique, Moïse examina la généalogie de l’égyptien pour savoir si parmi ses ascendants ou ses descendants il pourrait y avoir un juste qui justifierait d’épargner la vie de cet homme cruel. N’apercevant aucun homme méritant il le tua. Moïse était alors âgé de 40 ans.

La vie de Moïse se déroula en trois volets de 40 ans chacun :

- Le premier : de sa naissance jusqu’à sa fuite d’Egypte, 
- puis depuis sa fuite vers Midiane jusqu’à son retour en Egypte, et
- le troisième depuis la sortie d’Egypte jusqu’à sa mort sur le Mont Nébo.

Ce triptyque est à l’image de la progression spirituelle du personnage et du fait qu’il ait accompli au cours du deuxième tiers de son existence ce qu’un homme se doit de faire : œuvrer, se marier, procréer et mûrir. Son rôle de berger lui permit de méditer et de comprendre ce que la vie a fait de lui. Son humilité extrême l’entraîna à ne pas "se prendre au sérieux" et à repousser la mission que D lui confia ne se sentant pas digne d’une telle considération. Puis, devant l’évidence, il prit la décision de se détacher des contraintes de la vie matérielle pour donner à son existence une tournure spirituelle à un tel degré qu’il en sera même critiqué par les siens.

La mise en présence de celui qui allait devenir le plus grand chef spirituel qu’Israël ait connu, avec HaShem (5) qui se dévoile à lui sous l’appellation : E.H.YE ASHER E.H.YE.

Pour rappel, ces trois parties de cette appellation sont une allusion aux tefiline de la tête et du bras ainsi : E.H.YE forme un total de 21 que multiplient 2 = 42 allusion à l’un des Noms de D (pour le phylactère du bras), et le mot ASHER est en notarikon le mot ROSH (tête) pour le phylactère de la tête.

Caroline Elishéva REBOUH

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN