logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Le Chabbat  Zakhor est toujours celui qui précède Pourim.

En effet, on y lit l'épisode d'Amalec, ce peuple qui s'est attaqué aux enfants d’Israël, en marche pour  entrer au pays de Canaan  après la sortie d'Egypte, pour les anéantir.

C'est un devoir, une Mitsva, de penser à  ce  qu'a  fait  Amalec  à  nos  ancêtres,  "d'extirper le souvenir d'Amalec  de dessous le ciel". 

Amalec  reste dans l'histoire le destructeur d'Israël, gratuitement, sans raisons (du moins en ce qui nous concerne, car  ne représentons-nous pas tout ce qui l'empêche de réussir, sa négation en quelque sorte?), lui et ses descendants, en ligne directe -comme Aman - ou indirecte, à toutes les époques et sous tous les cieux.

⇒ Cliquer sur l'image pour l'agrandir

La lecture de cet épisode est d'ordonnance de la Torah; c'est donc un devoir pour chaque Juif, homme ou femme, d'aller à la synagogue ce  jour-là écouter  cette  Paracha.

Il faut en  distinguer chacun des mots  pour s'acquitter de son devoir.

On lit les Piyoutim du Krobats relatifs à cette occasion. Au milieu de ces dernie rs, on  récite  le Mi Khamokha du Sidour.

Source de l'information

Le Livre de nos Coutumes, selon Ribach, Rachbats, Rachbach et R. Yehouda Ayache de Simon Darmon

 
 
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN