Imprimer
Affichages : 555

Gérard Shimon Dadoun est le petit-fils du Grand Rabbin de Constantine Sidi Fredj Halimi

    Tekoufa de Tamouz : 13H30,  lundi 8 juillet 2019 / 5 Tamouz 5779


La Torah nous prescrit de fêter Pessah au printemps, Soukot en automne,…. Pour ce faire, le calendrier hébraïque est établi suivant des mois lunaires et l’année selon le calendrier solaire, afin que les fêtes aient lieux conformément aux prescriptions de la Tora.

La vie juive est rythmée en fonction des saisons :
 

 · Pessah : la fête du printemps : "observe la fête de Pessah… à l’époque de la germination"

 · Chavouot : la fête des moissons : "tu auras aussi une fête des semaines pour les prémices de la récolte du froment"

 · Soukot : la fête des récoltes : "puis la fête de l’automne, au déclin de l’année, lorsque tu rentreras la récolte des champs"

Il nous ait arrivé de remarquer que des calendriers hébraïques (distribués) font mention de certains événements, tels que par exemple : les Tékoufot

Qu’est-ce qu’une tékoufa? Comment cet événement se concrétise dans nos actions ?
Nous pouvons constater, en parcourant le calendrier hébraïque, que la Tekoufa est mentionnée à quatre reprises :

  · Tekoufa de Nissan

  · Tekoufa de Tamouz

  · Tekoufa de Tishri

   · Tekoufa de Tevet

 --> La traduction du mot Tékoufa est : saison.

Ce mot désigne aussi bien le début de la saison que la saison elle-même. Chaque saison dure le quart du temps de rotation de la Terre autour du soleil :

La Tekoufa de Nissan, du printemps, débute au moment où l’écliptique du soleil rencontre l’Équateur, c’est l’équinoxe (jour et nuit de longueur égale) de printemps et se termine au point le plus haut au nord-est de l’écliptique du soleil.

Ce point marque la Tekoufa de Tamouz, le solstice d’été (où les jours sont les plus longs, et les nuits les plus courtes), la saison la plus chaude, où le soleil est au plus haut, et où les rayons du soleil atteignent la terre le plus à la verticale pour donner plus de chaleur dans l’hémisphère nord.

Le soleil commence à redescendre pour recroiser l’Équateur en descendant, c’est la Tekoufa de Tishri, l’équinoxe d’automne (les jours sont à nouveau égaux aux nuits). Le soleil continue à descendre pendant cette Tekoufa pour atteindre son point le plus bas : c’est la Tekoufa de Tevet, le solstice d’hiver, où les nuits sont les plus longues, les jours les plus courts, les rayons du soleil les plus inclinés, l’époque la plus froide qui dure jusqu’à la Tekoufa de Nissan.

L’existence de ces Tekoufot (saisons) est due à l’inclinaison de l’axe de la terre par rapport au soleil.

 -->Pratiquement, lors de ces Tekoufot, les juifs ont la coutume de ne pas boire de l’eau restée découverte au moment de la Tekoufa.

Le calcul de ce moment-là est très complexe ( Se reporter aux livres qui en traitent pour ceux qui s’y intéressent. Pour les autres faire confiance aux horaires mentionnés dans les calendriers).

 --> Pourquoi ne pas boire de l’eau restée découverte au moment de la Tekoufa ?

Le "Sefer Taameï Haminhaguim" rapporte qu’il y a un danger :

    · Tekoufa de Nissan : car c’est l’époque en Égypte où l’eau s’échangeait en sang lors de la première des 10 plaies ;

    · Tekoufa de Tamouz : car c’est l’époque où Moshé fut puni pour avoir frappé le rocher avec son bâton alors que D.ieu lui avait ordonné de lui parler. Le midrash dit que du sang est sorti du rocher et s’est mélangé à l’eau ;

·  ·  Tekoufa de Tishri : car c’est l’époque où Abraham Avinou parti pour sacrifier son fils Isaac. Le couteau a laissé s’écouler quelques gouttes de sang qui ont coulé dans l’eau ;

    · Tekoufa de Tevet : parce que c’est à cette époque que Yiftah a tué sa fille pour respecter le vœu qu’il avait fait, s’il sortait victorieux du combat qu’il avait entrepris, de sacrifier la première créature qui viendrait à sa rencontre à son retour. Le sang de sa fille se répandit dans les eaux.

Le Maharil dit qu’il est prudent de ne pas boire l’eau puisée restée découverte trois heures avant trois heures après la Tekoufa.

Pourquoi tout cela, et pourquoi l’eau ?

Les Tekoufot marquent les saisons. Mais depuis quand les saisons existent -t-elles ?

Le verset 22 du chapitre huit du livre de Beréchit, nous apprend la promesse que D.ieu a fait : "plus jamais tant que durera la terre, semailles et récolte, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit, ne seront interrompus.".

Commentaires dans le MEAM LOEZ à ce propos : "tant que durera la terre"  limite la validité de ce vœu. À la fin des temps, D.ieu détruira complètement la terre et la renouvellera, il ne sera plus alors lié par son vœu. D.ieu limita donc son alliance à la durée de la terre. Aucune catastrophe ne s’abattra plus jamais sur le monde.

L’une des causes de la méchanceté de la génération précédant le déluge fut l’oisiveté, que rien ne troublait. Les hommes ne connaissaient ni soucis, ni dur labeur pour subvenir à leurs besoins. Une simple récolte suffisait pour les nourrir pendant 40 ans. Ils ne fournissaient pas d’efforts particuliers pour moissonner la récolte ; ils obtenaient ce dont ils avaient besoin simplement en flânant à travers les champs. Ils ne craignaient aucune bête sauvage. Ils bénéficiaient également d’un climat ni trop chaud ni trop froid ; le printemps régnait tout au long de l’année. Ils jouissaient ainsi des bienfaits de ce monde. Cette situation si douce les écarta du droit chemin.

Il fut décidé qu’il n’en serait plus ainsi.

Au sujet de cette phrase, le Sforno précise qu’avant le déluge l’angle de la terre par rapport soleil était tel que l’équinoxe était constante et, de ce fait, c’était toujours le printemps, ce qui constituait un ressourcement continuel pour les éléments, la végétation, les êtres vivants et leur longévité.

Désormais, les hommes devraient souffrir de toutes sortes d’infirmités, travailler sans relâche pour survivre et voir mourir leurs enfants. L’air et le climat se modifièrent, et le monde, tel qu’ils l’avaient connu, n’existe plus. Lors de ces saisons, les changements climatiques affectent la santé.

Le déluge n’a pu avoir lieu qu’avec l’ouverture des vannes des eaux d’en haut (les pluies) et d’en bas (les sources souterraines des abîmes). Afin de pouvoir respecter son vœu, D.ieu a placé des gardiens pour s’assurer que les eaux n’envahissent plus le monde. La relève de la garde a lieu à chaque Tekoufa. Aussi y a-t-il un instant où ces eaux sont sans surveillance, d’où les dangers qui peuvent se manifester sur les eaux restées découvertes.

Pendant l’année 5779, les Tekoufot auront lieu (prendre 1 heure avant et 1 heure après l’heure indiquée) :

     · Tekoufa de Tishri : 28 Tishri = dimanche 7 octobre 2018 à 15h00

     · Tekoufa de Tevet : 28 Tevet = dimanche 6 janvier 2019 à 22h30

     · Tekoufa de Nissan : 3 Nissan = lundi 8 avril 2019 à 6h00

     · Tekoufa de Tamouz : 5 Tamouz = lundi 8 juillet 2019 à 13h30

   · Tekoufa de Tishri 5780 : 8 Tishri = lundi  7  Octobre   2019  à  21h

Gérard Shimon Dadoun, petit-fils du Grand Rabbin de Constantine Sidi Fredj Halimi


Source de l'information

AJOC - Jacques NakacheCopyright © 2018 AJOC.