logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Francis HARBURGER

Francis HARBURGER (Oran 1905- Paris 1998), fils de Célestine ABOULKER et de Jules Harburger.

 

Né à Oran en 1905, d'un père avocat, originaire d'une famille juive d'Alsace (originaires de Soultz sous Forêt qui ont émigré en Algérie en 1871) et d'une mère, Célestine Aboulker, artiste-peintre, dont il reçoit d'évidentes dispositions pour le dessin, il entre en 1919, à l'École des beaux-arts d'Oran, puis en 1921, à l'École des Arts décoratifs à Paris, et en 1923, à l'École des beaux-arts de Paris.

L'année 1926 voit sa première participation au Salon des Indépendants ; à compter de cette date il ne cessera de participer à nombre de Salons et expositions à Paris ou en province.

En 1933, il épouse Janine Halff, future bibliothécaire à l'Alliance Israélite Universellede 1956 à 1986. Il enseigne l'histoire de l'art et le dessin à l'École normale israélite orientale.

Puis vient la guerre. Harburger est mobilisé. Rendu à la vie civile en juin 1940 mais menacé par les lois antisémites, qui le privent notamment de son poste de professeur, Harburger quitte la France avec sa femme, ses enfants et ses parents pour Alger. Une nouvelle vie s'organise : " Il fallait vivre et je me débrouillais pour trouver le nécessaire ". La famille s'installe à El-Biar, sur les hauteurs d'Alger, et Harburger y peint intensément (paysages, portraits, natures mortes).

La guerre se poursuit, avec sa cohorte de sombres évènements : en 1942, les Harburger apprennent qu'ils sont spoliés de leurs biens restés en France - et pour le peintre, il s'agit de toute sa production antérieure. La fin de la guerre marque pour le peintre et sa famille le retour en France.

À Paris, ils ne retrouvent absolument rien de leur passé d'avant-guerre. Il ne leur reste plus qu'à vivre un temps à l'hôtel, avant que Francis Harburger ne trouve à louer, à Enghien-les-Bains, un minuscule logement au dernier étage d'un pavillon. Ce n'est qu'en 1956, qu'il retrouve un atelier à Paris, rue de la Tombe Issoire, dans le 14° arrondissement où il peindra jusqu'à sa mort en 1998.

Hauts d'Alger Ouest 1947

Huile sur bois 27x46 cm Paris Collection particulière

 

                 

      arabes jouant aux cartes

 

 

Portrait de sa mère, Celestine Aboulker 1928
Huile sur toile marouflée sur bois 46x36 cm (Collection particulière)

 

 

http://www.harburger.fr/
http://www.alger-roi.net/Alger/arts/textes/21_francis_harburger_algerianiste102.htm

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN