logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

Charles LANDELLE

Charles LANDELLE (Laval 1821- Chennevières 1908).

 

Né en 1812 à Laval, Charles Landelle est l’élève de Paul Delaroche et d’Ary Scheffer. Il débute au Salon de 1841 et continue à exposer régulièrement aux salons suivants. Traitant plus particulièrement de sujets historiques et religieux, il découvre l’Orient à l’âge de 45 ans lors d’un voyage au Maroc dans le cadre d’une mission diplomatique (1866). La même année, il présente sa fameuse Femme fellah au Salon des Artistes vivants.

Pure création d’atelier (Landelle ne se rendra en Egypte qu’en 1875 et son modèle est une paysanne d’Etretat), cette œuvre n’a rien d’authentique et, dans le traitement du visage aux traits doux et harmonieux, emprunte plutôt à la Renaissance italienne

. Elle est cependant remarquée par la critique et l’Empereur achète la toile sur sa cassette personnelle pour l’exposer dans ses appartements privés de Saint-Cloud. Elle sera détruite lors de l’incendie du palais en 1870.

  Devenu le peintre des fellah, Landelle reproduit, entre 1866 et 1885, 23 variantes de ce portrait. Celle du musée du Vieux-Château (la 23e, non datée), donnée par l’artiste à la ville de Laval en 1899, est la réplique exacte de l’original. 

                                                                                      jeune fille au luth                                                                            femme de Tlemcen et son enfant

 

 

                                   

                                               femme fellah                                                                                     La cour du Cadi à Alger
 

 
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN