Imprimer
Affichages : 2128

Le maréchal Alejandro O'Reilly par Francisco de Goya.

Le 2e Pourim Edom d’Alger a eu lieu le 8 juillet 1775 (11 Tamouz 5535), le 1er Pourim d’Alger s'est passé le 23 octobre 1541 (4 Héchvan 5302)

Historique
Il rappelle la tentative infructueuse du Comte Alejandro O'Reilly (1722 – 1794), officier irlandais gouverneur de Madrid, chargé par le roi d'Espagne Charles III (1716-1788) de commencer la conquête de la Berbérie.

Bien que cette campagne en Afrique du Nord échoua, la Communauté a décrété que cette journée du 11 Tamouz serait un Pourim Edom à cause du danger venu d'ennemis implacables, les Espagnols-encore eux !

Cette année 1775 - 5535 est connue sous le nom de Kehilat קחלת d'après la valeur numérique de ses lettres. Comme le reste de la population, la Communauté en détresse se mit à prier jusqu'à ce que Dieu entende ses pleurs et ses prières.

 

La Tradition

Le Chabbat précédent ce Pourim, on lit dans le Krobat (Recueil de poésie et Piyoutim traditionnels; fait partie intégrante de la liturgie de notre Communauté), le texte   qui relate les événements qui se sont produits en ces temps-là.

Tout ce qui se fait au premier Pourim Edom se fait au deuxième, sauf l’offrande de bouquets de fleurs..

Le 10 Tamouz est un jeûne public avec tout ce qu'il comprend. Si le 10 Tamouz est un Chabbat, on jeûne le jeudi précédent et pas le vendredi pour ne pas gêner les préparatifs de Chabbat. On distribue de l'argent aux pauvres.

Aujourd'hui on ne jeûne plus, mais on évoque l'événement dans la lecture du Krobats.

Source de l'information

Le Livre de nos Coutumes selon Ribach, Rachbats, Rachbach et R. Yehouda Ayache, Jerusalem 1995, de Simon Darmon (page 142).

 

Les Pourim sheniim (hébreu : פוריים שניים « seconds Pourim »), parfois appelés "Pourim spéciaux" ou "petits Pourim"

Selon l'ouvrage "Encyclopaedia Judaica", les Pourim sheniim (hébreu : פוריים שניים « seconds Pourim »), parfois appelés "Pourim spéciaux" ou "petits Pourim", sont des jours de joie localement institués par des communautés ou des individus pour célébrer leur échappée belle de diverses catastrophes (pogroms, incendies, expulsions, conversions forcées etc.). 

Comparables à moindre échelle au miracle national que célèbre la fête de Pourim, ils en reproduisent parfois les rites avec des jeûnes comparables à celui d’Esther, des meguillot spécialement rédigées pour relater le miracle et des prières spéciales ajoutées lors des services synagogaux. 

Un grand nombre de Pourim sheniim a été institué au cours de l’histoire : (hébreu : פוריים שניים « seconds Pourim »), parfois appelés "Pourim spéciaux"» ou "petits Pourim"mais seuls quelques-uns sont encore observés de nos jours. Ce sont des jours de joie localement institués par des communautés ou des individus pour célébrer leur échappée belle de diverses catastrophes (pogroms, incendies, expulsions, conversions forcées etc.).

Un grand nombre de Pourim sheniim a été institué au cours de l’histoire mais seuls quelques-uns sont encore observés de nos jours.

Source de l'information
https://www.jewishvirtuallibrary.org/purims-special