Imprimer
Affichages : 961

Vendredi 9 octobre 2020 / 21 Tichri   5781
Extrait du "Le livre de nos coutumes, selon Ribach, Rachbats, Rachbach, R. Yehouda Ayache" de Simon Darmon

Des Juifs séfarades observant Hoshanna Rabba au XVIIe siècle

Hochana Raba, est le septième et dernier jour de Soukot (demi-fête). Empreint d'une gravité particulière, ce jour représente le terme ultime du jugement qui, prononcé à Roch Hachana et scellé à Kippour, devient alors exécutoire.

C’est "la grande Hoshana" : ce jour-là, les fidèles font 7 fois le tour de la Torah, clôture de la fête de souccotHochana est le refrain d’un poème liturgique psalmodié au cours de processions dans la synagogue.

A la fin de l’office du matin, c’est la cérémonie de la 'Arava :  on frappe le sol avec des feuilles de saule.

Ce rite symbolise le renouveau de la vie : la pluie va venir et les branches frappées et dénudées de leurs feuilles bourgeonneront au printemps

Rappel historique : Hochaana Taba et la Arava

C’est le jour où dans le premier Temple de Jérusalem les prêtres attachaient des bouquets de branches de saule sur les côtés de l'autel et tournaient en procession sept fois tout autour.

Dans les prières et les Piyoutim qu'on récite aujourd'hui, on évoque "délivre-nous" de nombreuses fois, d'où le nom de cette journée.

Après la destruction du Temple, les prophètes Hagaï, Zacharie et Malachie (les derniers prophètes) ont institué l'usage de rajouter un bouquet de cinq branches de feuilles de saule qu'on frappe sur le sol après avoir tourné sept fois autour de la Téba.

Il existe une prière spéciale écrite par ces prophètes pour commémorer cet événement et que nous avons l'habitude de réciter avant de frapper le bouquet.

C'est pourquoi nous passons la veille de ce jour à étudier ou à prier. On y lit le cinquième livre de Moïse -le Deutéronome- où la morale, l'amour et la crainte de Dieu y sont apparents de façon particulière,

Si on veut dégarnir la Soucca pour préparer la table de fête à l'intérieur de sa maison, on ne pourra le faire qu'en fin d'après-midi du septième jour en Israël et du huitième jour en dehors d'Israël.

Un gâteau applé "Béghrèr"

Ce jour-là, on a l'habitude de faire un gâteau spécial traditionnel appelé Béghrèr de préparation simple.

Mélanger de la levure de bière battue dans de l'eau tiède à de la semoule. Mélanger le tout et le verser dans une terrine huilée. Cuire à feu doux. Après la cuisson, imbiber le Béghrèr de miel chaud.

Coupez en carrés ou en losanges et servez.

Pour en savoir plus :

https://www.consistoire.org/fetes-et-jeunes