logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Mascara, ville située à environ 80 kms d’Oran, était un site stratégique et  constituait aussi un enjeu économique.

La bataille de Mascara est un épisode de la conquête de l’Algérie. Il est important par le fait qu'il concerne le conflit entre la France et Abd el-Kader, en opposant en novembre et décembre 1835 les troupes du général français Clauzel et les combattants de l'émir.  C'est un épisode du combat entre l'émir et la France (1832 - 1847).              

Chronologie des événements

 -  26 juin 1835, la France subit une lourde défaite à la Macta.

-  21 novembre 1835, pour se venger de cette humiliation, le maréchal Clauzel accompagné du Duc d’Orléans se met en route vers Mascara, la capitale d’Abdelkader, avec une troupe de 13000 hommes.

-   Apprenant cela, l’Emir Abdelkader fortifie la ville et avec son armée se poste en embuscade au niveau des marabouts de Sidi Embarek pour attendre les français.

-   Après plusieurs jours de combat les arabes sont battus.

-  Le 6 décembre 1835 Clauzel entre dans Mascara pour y trouver une communauté juive aux abois.

                        

Précisions communiquées par Paul Fenton

Traduction d'une lettre en allemand (24 avril, 1842) d'A. Simon, Secrétaire de la Direction de l'Intérieur, Oran, au Consistoire Israélite de Strasoburg, parue dans: Allgemeine Zeitung des Judenthums n. 26 (25 juin, 1842), p. 374, reprise par P. Fenton, Exile in the Maghreb, Teaneck, 2016, p. 131-132.

"Demande d'assistance provenant des Juifs d'Oran (1842) : un immense et terrible malheur s'est abattu sur nos coreligionnaires infortunés de Tlemcen et de Mascara.

Depuis la capture de ces villes par les Français, ‘Abd al-Qâdir, le dirigeant des Arabes hostiles, a forcé nos frères malheureux de le suivre vers l'intérieur du pays. Il les a traînés avec lui depuis maintenant une année entière et leur a extorqué leurs possessions précieuses. Dieu seul sait combien de victimes ont succombé au fanatisme et à la barbarie de ces Arabes.

Il y a à peu près deux semaines arrivèrent dans notre ville environ 4000 de ces hommes, femmes et enfants malheureux dans un état d'extrême dénuement.

Devant leurs yeux ces hordes barbares ont étranglé leurs pères, leurs épouses et leurs parents et tous ceux sur lesquels ils ont pu mettre la main. De plus, ils ont eu à souffrir du vol de leurs biens et leurs possessions."

Nous n'avons pas besoin de vous raconter la guerre dans ce pays, mais seulement à la suite de sa défaite totale, ‘Abd el-Kader fut contraint de fuir devant l'armée française victorieuse et fut finalement obligé d'abandonner nos malheureux coreligionnaires.

L'armée française, et, surtout, leurs alliés arabes, ont pris par erreur cet essaim de gens pour des hommes appartenant au chef arabe adversaire, et leur infligea un terrible massacre.

Ce ne fut qu'une fois qu'ils furent las de l'effusion de sang et du carnage, qu'ils se rendirent compte qu'ils se battaient contre des malheureux civiles sans armes.

Le mérite revient aux soldats français d'avoir été les premiers à s'apercevoir de l'erreur et prodiguèrent finalement à nos pauvres frères protection et assistance.

Une souscription fut immédiatement ouverte pour ces créatures pitoyables dans toute la Régence, et spécialement à Oran. 

Chacun apporta avec empressement sa contribution, mais à quoi servent de si modestes dons face à l'énormité du besoin !

Aussi, les Israélites d'Oran comptent-ils sur votre bonté afin de secourir nos frères infortunés. Ils nous font pitié et leur situation est si dramatique. Plaçant notre confiance dans la célèbre philanthropie de nos coreligionnaires européens, nous osons croire que notre demande sera favorablement reçue."

Pour en savoir plus

L’exode des Juifs de Mascara, un épisode de la guerre entre Abd el-Kader et la France, par Valérie Assan:

https://www.cairn.info/revue-archives-juives1-2005-2-page-7.htm

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN