logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

"ll était né pour être Rabbi, le bon Rabbi prêchant Dieu, la Vertu et la bienfaisance...". "Il  est une révolution de I 'histoire" J.J. Weiss

La personnalité de Crémieux : Né à Nîmes le 30 avril 1796, Isaac Adolphe, fils de David Crémieux, riche négociant en soieries, originaire de la ville de Crémieu dans le Dauphiné et de Rachel Carcassonne, issue des anciennes familles de Provenz (Avignon - Carpentras) où ces deux grandes familles, fixées depuis le début du XIVème siècle, jouèrent un rôle important aussi bien dans la communauté juive que dans les choses publiques.

Après des études brillantes au Lycée Impérial - aujourd'hui "Louis le Grand" - à Paris, où l'on recevait presque exclusivement que des fils d'officiers, il reçut une stricte éducation.

En 1817, il soutint avec éclat sa thèse de droit à l'Université Impériale d'Aix, revint dans sa famille à Nîmes, où le mois suivant, il fut reçu avocat. Il entre au Barreau de Nîmes et commence à lutter contre les préjugés antisémites.

Attaché aux grands principes de la Révolution de 1789, et champion infatigable des Juifs de France, il sera Président du Consistoire Central (1842-1845) et, plus tard, Président de l'Alliance Israélite Universelle (1863-1880).

Dès 1842, il est élu député et commence une longue carrière politique où il sera successivement membre important dans différents gouvernements.

"L'Affaire de Damas", en 1840, marque un point culminant de l'activité juive d'Adolphe Crémieux : Le Consulat de France à Damas répand la rumeur selon laquelle des Juifs commettent des « meurtres rituels » et incite les autorités turques à prendre des mesures d'arrestation.

Crémieux sera l'avocat des Juifs arrêtés et torturés, également accusés à tort de l'enlèvement et du meurtre du Père Thomas de Camangiono, supérieur des Capucines, et de son domestique Ibrahim. Crémieux sera soutenu par la famille de Rothschild de Vienne, Londres et Paris ainsi que par Sir Moses Montefiore et l'orientaliste Salomon Munk. Cette affaire fit couler beaucoup d'encre.

En 1858, il se rend à Oran pour y défendre deux Juifs de Mostaganem, traduits devant le Conseil de Guerre. Crémieux connaissait bien les Juifs d'Algérie : il avait effectué près de dix-sept fois le voyage pour aller plaider de grandes causes.

Lors du premier voyage de Napoléon III en 1860, les Juifs lui remirent une pétition exprimant leur désir d'embrasser la loi civile française ; une deuxième pétition lui fut encore remise lorsque l'empereur revint en 1865. Le sénatus-consulte du 14 juillet 1865 répondait à ces démarches.

En 1870, il accomplit entre autres la réforme de l'Organisation administrative de l'Algérie et la naturalisation des Juifs algériens.

La même année, Napoléon engage inconsidérément la France dans une guerre contre la Prusse. Des Juifs d'Algérie participent activement aux combats sous le drapeau français. Après la défaite de Sedan, c'est la débâcle, la capitulation et le Ier septembre 1870, la chute du Second Empire. Napoléon III est renversé.

Un gouvernement provisoire de Défense Nationale est constitué. Il siège à Tours. Adolphe Crémieux est nommé ministre de la Justice. Il prépare une constitution algérienne (décrets pour une réforme de l'administration) et soumet, entre autres, au Conseil du gouvernement, le décret qui portera son nom, ratifié et proclamé le 25 octobre 1870 par I 'Assemblée Nationale.

Le "Décret Crémieux" déclare citoyens français les Israélites indigènes d'Algérie, tout en accordant le droit de refuser cette naturalisation pendant un an. Ils sont 34.500 Algériens à obtenir la nationalité française, rejoignant ainsi, 80 ans plus tard, les Juifs de France. Le mérite de Crémieux fut incontestable dans l'affaire des Juifs algériens, sous des gouvernements et des régimes différents.

Administration modifiée par les récents décrets, le territoire forme désormais trois départements (Alger, Oran et Constantine) ; c'est l'aboutissement d'une longue lutte et une succession de mouvements commencés dès le début de la colonisation française. En 1871, Adophe Crémieux est élu député d'Alger à l'Assemblée Nationale et, en 1875, Sénateur inamovible de la Troisième République pour les trois départements d'Algérie.

Dès le début, les adversaires de l' émancipation des Juifs algériens et du Décret Crémieux, en particulier, sont en premier lieu le Gouverneur général de l'Algérie, le Baron Durieu, les hauts fonctionnaires de son administration ainsi que le Général Augeraud, commandant de la région d'Alger.

Les colons d'Algérie alignent leurs tendances sur la droite métropolitaine raciste, antisémite et demandent, dans leur programme, l'abrogation du Décret Crémieux ; leur antisémitisme est fondé sur le refus absolu d'accepter des indigènes juifs sur un pied d'égalité avec les "pieds noirs". La situation devient l'enjeu d'une lutte malveillante, souvent violente et anti-juive, qui durera des années et dont nous pourrions parler longuement.

Quant aux Arabes, ils n'élèvent aucune protestation, une minorité insignifiante y voit une porte ouverte pour tous ceux qui désirent cette naturalisation et cette émancipation. De grands notables arabes déclarent :

"Cette mesure n 'a froissé personne et n 'a excité les colères de personne parce qu 'elle est rationnelle. "

Mais la majorité musulmane, fière de son identité collective, s'attacha à préserver une autonomie liée au système juridique de la charia, s'opposant souvent à tout individu désireux de se faire naturaliser, ne pouvant l'approuver et s'y soumettre.

Plusieurs grandes familles influentes forment l'intelligentsia juive et c'est là qu'on allait bientôt trouver les premiers Juifs d'Algérie exerçant des professions libérales : magistrats, médecins, avocats, notaires, huissiers, ingénieurs, officiers dans l'armée et professeurs d' Université. L'assimilation culturelle est, dès lors, très rapide.

Elle provoque une rupture pleine de circonstances avec le vieu monde juif et I 'éloignement du judaïsme.

Le grand journaliste éditorialiste Emile Touati (17) souligne, dans le journal "L'Information Juive", en 1961

"Qu'il importe de préciser avec rigueur, mais de façon concise, un certain nombre de points fondamentaux" :

     l. Le décret Crémieux ne fut pas une mesure de circonstance.

    2. Le décret Crémieux ne fut pas un privilège.

    3. Le décret Crémieux n'a plus qu 'un intérêt historique.

La portée du décret Crémieux aura des conséquences prévues et imprévues qui marqueront le judaïsme algérien jusqu'à son exode, en 1962.

Cette période sera traversée par des luttes intestines au sein des communautés, des débats passionnés et violents entre les dirigeants des différentes tendances, principalement au consistoire d'Oran entre les grandes familles de Simon Kanoui et Haïm Benichou, où s'emmêleront des conflits avec les Grands Rabbins Mahir Charleville et, plus tard, Moïse Netter, nommés par le Consistoire Central de France.

 

A cette époque :

1881 : Pogrom à Tlemcen.

1884 : Janvier, des conscrits juifs protestent pour avoir été exclus des fêtes à l'occasion de leur départ à l'armée. S'ensuivent des troubles antisémites.

1881-1886 : Crise antijuive en Algérie et, en particulier, dans les grandes villes. L'armée patrouille dans les rues et au plus fort des crises, impose aux Juifs de ne pas sortir de leur quartier.

En Russie, après la vague de pogroms, des étudiants fondent I 'organisation "Bilou". En 1882, ils réalisent leur première aliyah vers la Palestine; ils se consacrent à l'agriculture.

Déjà, en 1881, l'Alliance Israëlite avait créé la fameuse école d'agriculture "Mikvé Israël", près de Jaffa, dont le fondateur fut Charles Netter. Ils précèdent les premiers pionniers « Les Amants de Sion » qui fondèrent par la suite Pétah-Tikva, Rishon-le-Tsion, Zikron Yaacov, Rosh Pina.

30.000 Juifs environ vivent dans le pays, principalement à Jérusalem, Hébron, Safed et Tibériade.

En août 1883, un décret du Sultan interdit désormais aux Juifs de la Diaspora de s'installer en Palestine, d'acheter des terres et de fonder des colonies. Ce décret n 'était pas imposé à l'immigration arabe venant principalement du Liban, de Syrie et d'Egypte.

Mais en fait, l'aliyah à cette époque se poursuit, soumise à des "bakchichs" (pots-de-vin réclamés par des fonctionnaires turcs), procédé courant dans l'Empire ottoman.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN