Imprimer
Affichages : 1347

Une petite histoire dans la grande histoire : témoignage de Pierre Jaïs, un de ses petits fils 

Eugène Jaîs (1880 - 1967)Eugène Jaîs (1880 - 1967)

 

Je vous transmets le document ci-dessous :

- Lettre accordant à Eugène Jaïs, notre grand père, arrière-grand-père, grand-oncle ou arrière-grand-oncle le droit de conserver sa nationalité française lors de l’abrogation du décret Crémieux en octobre 1940.

 

 

 

 

Eugene Jas decret Cremieux 1

 

            ⇒    Cliquer sur les visuels pour les agrandir

 

Eugene Jas decret Cremieux 2

 

 

 

Il reste français en raison de son statut d’ancien combattant et de sa légion d’honneur à titre militaire.

 

 

 

 

Contexte historique

Abrogation du Décret Crémieux

Le décret Crémieux est aboli par le gouvernement de Vichy en octobre 1940, soit 70 ans après sa promulgation en 1870.

Après le débarquement américain de novembre 1942, le gouvernement du général Giraud encore pétainiste confirme l’abrogation du décret avec la bienveillance des américains ceux-ci comme occupant et vainqueur détenaient pourtant le véritable pouvoir en Algérie, belle démocratie …

La raison

Les américains étaient soucieux de ménager les pétainistes car ils souhaitaient les utiliser pour gérer à leur avantage la future France occupée. par les américains.

Le dessein de Roosevelt était de placer la France dans le camp des vaincus au rang de puissance secondaire et de récupérer ses colonies (ce qui fut fait avec les protectorats du Liban et de Syrie).

Ménager et préférer les pétainistes partait du calcul cynique que ceux-ci ayant été très dociles avec l’occupant allemand (participation et très pro actif dans les déportations) ils le seraient tout autant avec le nouvel occupant américain à l’opposé de De Gaulle.

Pour rétablir enfin le décret Crémieux (20/10/1943), De Gaulle devra attendre presqu'un an pour récupérer le pouvoir sur Giraud et l’administration pétainiste et 

Roosevelt a cédé sous l’influence d’Eisenhower pour plusieurs raisons.

1/ L’unification des réseaux de résistance sous les ordres de De Gaulle, avec une résistance qui commençait à opérer des attentats et constituerait une éventuelle menace pour les américains sur le sol français s’ils se conduisaient en occupant dans un pays vaincu et soumis,

2/ l’accélération des transfuges de militaires de l’armée d’Afrique vers les unités de la France libre qui grossissait en volume les troupes fidèles à De Gaulle et à la France libre,

3 / La campagne de Tunisie où les anglo-américains (200 000 hommes engagés) furent confrontés a beaucoup de difficultés face aux troupes de Rommel. La situation se trouva sauvée grâce au renfort de 72 000 combattants français connaissant bien le terrain avec la participation de ses combattants indigènes.

IL FAUDRA NOTER, car ce fait a été passé sous silence que la reconquête de la Tunisie a été une victoire qui a fait davantage de prisonniers allemands que la victoire de Stalingrad (autour de 200 000).

4 / Les besoins en combattants (composés pour majorité d’algériens : catholiques, juifs, musulmans) pour le débarquement de Provence et la campagne de France qui suivie avec de très nombreux morts

Le besoin impératif de combattants pour le débarquement de Provence afin de soulager le front de Normandie où les anglo-américains piétinaient (prise de Caen avec 3 mois de retard sur les plans)

Ces combattants français ayant prouvé leur efficacité pendant la campagne d’Italie

Il faut savoir que sur les 11 divisions qui débarquèrent en Provence, 7 étaient françaises constituées de militaires de l’armée d’Afrique ralliés, des forces françaises libres, et surtout des algériens remobilisés : catholiques, juifs, musulmans.

5/ Enfin, les opinions publics anglais et américain étaient favorables à la France libre et qui ne collaient pas aux calculs géopolitiques de Roosevelt.