logo_transparent1.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l’association MORIAL

Notre objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire culturelle et traditionnelle des Juifs d'Algérie. Vous pouvez nous adresser des témoignages vidéo et audio, des photos, des documents, des souvenirs, des récits, etc...  Notre adresse

 e-mail : morechet@morial.fr -  lescollecteursdememoire@morial.fr

L’ensemble de la base de données que nous constituons sera  régulièrement enrichie par ce travail continu de collecte auquel, nous espérons, vous participerez activement.  L'intégralité du site de Morial sera déposée au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) à Paris, pour une conservation pérenne .

Tlemcen, le kiosque à musique au centre ville
Médéa : rue Gambetta (1945)
Alger : rue d'Isly (1930)
Une oasis à Ouargla (Territoire du Sud algérien)
La Grande Poste d'Alger (Photo J.P. Stora)
Square Bresson
Lycée E.-F. GAUTIER D'ALGER
Service Alger - Bouzareah
Alger : le marché de la place de Chartres
MEDEA - Le Café de la Bourse
Guyotville - La Plage

 

Un grand homme s'en est allé.

Hommage à Jacques Lazarus

Par Jacques-Bernard Sadon

 

Mardi 7 janvier après-midi, Jacques Lazarus quittait ce monde, à ses côtés, sa fille et son médecin appelé d'urgence, tel une flamme qui s'éteignait doucement, paisiblement (aux dires de son praticien )que j'ai rencontré lors de son enterrement. 

Jacques Lazarus était un anti "bling-bling" avant l'heure, modeste, ne recherchant pas les distinctions; et les manifestations ostentatoires lui étaient totalement étrangères.

C'était un homme d'honneur, un homme de devoir, animé d'une volonté inflexible, opiniâtre, courageux et tout entier tourné vers les autres pour servir.

Servir, c'est ce qu'il envisage de faire tout d'abord,et  dans l'armée, lui, le juif alsacien, dont les grands-parents avaient quitté l'Alsace après qu'elle fut annexée à la future Allemagne à la suite de la défaite de 1870, et qui  s'en retournèrent lorsque la région fut rendue à la France en 1919.

Ses officiers ne tarissaient pas d'éloges à son encontre et son chef de corps notait, en ce qui concerne sa manière de servir : "sur le plan moral : moralité parfaite, conduite et tenue au-dessus de tout soupçon, sentiment élevé entièrement et uniquement français. Au point de vue militaire : excellent sous-officier, modeste et consciencieux, sa manière de servir lui a valu d'être employé au bureau du colonel où il donne entièrement satisfaction par son travail et son zèle. Titulaire depuis plusieurs années du brevet de chef de section".(2)

Nous sommes en 1941 et l'odieux statut des juifs promulgué en 1940 et qui exclut les juifs des fonctions civiles et militaires entraine son éviction de l'armée qu'il servait depuis six années.

La date tardive de 1941 s'explique sans doute, par l'estime que lui portaient ses chefs,  qui ont tenté malgré tout de le maintenir sous les drapeaux.

Jacques Lazarus en ressentira une blessure profonde, lui qui s'était toujours senti français et juif, français patriote et juif de tradition attaché à la notion d'appartenance au peuple juif.

Membre de l'Armée Juive qui combattait le nazisme et tentait par tous les moyens de venir en aide aux juifs durement frappés par les lois de Vichy et persécutés par les allemands et leurs complices de la milice, il assumera les fonctions d'instructeur, agent de liaison et représentant de l'organisation créée par David Knout et Abraham Polonski, rejoints par Aaron-Lucien Lublin(1). Il tombera ainsi que son ami le rabbin René-Samuel  Kapel dans une souricière tendue par un membre du service de renseignement allemand, se prétendant agent de l'Intelligence Service, qui l'amènera du siège de la Gestapo , rue de la Pompe, à la prison de Fresnes, puis au camp de Drancy où il fit partie du dernier convoi, dit des 51 otages, du 17 août 1944, duquel il réchappa en parvenant, avec d'autres camarades à s'évader en sautant par la lucarne du wagon.

Il en conservera une séquelle corporelle et en ressortira en boitillant  pour le reste de sa vie.

Promu capitaine des F.F.I. pour son action durant la guerre, Jacquel (1) (son nom dans la Résistance)hésita un temps à se réengager,puis poursuivit son engagement au service de la communauté en tant que Secrétaire Général du Service Central des Déportés Israélites, dont la fonction était de secourir les rares rescapés de la Shoah, de les accueillir à l' hôtel Lutétia et de les aider  dans leurs démarches après leur retour des camps de la mort.

En mai 1946,il est mandaté par l'O.R.T- France pour se rendre en Algérie afin de créer une école professionnelle,et aussi  recruter dans les trois pays du Maghreb pour l'école de marine de la Ligue maritime juive,organisme proche de l'ORT des jeunes volontaires qui seront formés comme matelots dans la perspective de la création d'une marine juive palestinienne.     Il sera le fondateur de l'O.R.T. Alger et scellera son sort avec celui de l'Algérie.

Il épousera Judith, fille de Delphine et Aïzer Cherki, militant communautaire bien connu qui avait présidé notamment l'Association d'Etudes d'Aide et d'Assistance créée durant la période de Vichy et qui était destinée à enseigner des métiers manuels aux enfants juifs chassés des écoles ainsi qu'aux adultes exclus de leur profession.

De son union avec Judith, naîtront deux filles : Eva et Nora, qui tout comme leur mère, seront toujours à ses côtés dans ses nombreux combats. Judith, décédée quelques mois auparavant, c'est désormais à ses deux filles d'assumer le rôle de gardien de la mémoire Jacques Lazarus.

Tour à tour secrétaire général du Comité Juif Algérien d'Etudes Sociales, organe de défense des intérêts moraux du judaîsme algérien, qui intervenait auprès des autorités chaque fois qu'un danger s'annonçait  pour la communauté, représentant de l'Afrique du Nord au Congrès Juif Mondial, il va créer et animer le mensuel Information Juive dont il assurera la direction jusqu'en 1998.

Information Juive,  véritable témoin fidèle de l'évolution des communautés d'Afrique du Nord et surtout d'Algérie, fut un indicateur précieux des mentalités et des aspirations du judaisme nord africain. Le numéro 1 parait le 15 octobre 1948 et sera tiré à 2 000 exemplaires. C'est lors de la réunion du CJAES, du 21 septembre 1948 que fut décidée la création d'un journal qui serait l'organe du comité, ainsi naquit Information, bi-mensuel  à ses débuts.                     Jacques Lazarus  déjà en charge bénévolement du secrétariat général du CJAES acceptera aussi d'assumer bénévolement la direction du journal. Rapidement sa parution sera mensuelle et son titre complété deviendra Information Juive.

Durant toute la période algérienne, soit 14 années, Information Juive a été uniquement gérée "artisanalement" par des bénévoles. La petite équipe en charge de la rédaction était limitée à deux personnes : Haïm Cherki et Jacques Lazarus. De Paris, Emile Touati apportait son efficace concours.

L'épouse de Jacques Lazarus, Judith, se chargeait de l'impression des bandes-adresses et n'hésitait pas en s'emparant d'un couffin, à porter au bureau de poste le plus proche, les exemplaires des envois complémentaires.

Information Juive tirait  à  4000 exemplaires en 1953, allait atteindre 7000 exemplaires et après sa réapparition,  20000 exemplaires.

Il était diffusé dans les trois pays d'Afrique du Nord ainsi qu'en métropole. Très rapidement, des collaborateurs de grande qualité, allaient durant cette période algérienne participer à la publication. Ce fut le cas de Raymond et Marguerite Benichou, André Spire, Arnold Mandel, Henri Chemouilli, Emmanuel Levinas, André Amar, André Neher (on ne peut tous les citer).

Les chroniques religieuses étaient également présentes et confiées au rabbin Choucroun, alors en poste à Dijon, aux rabbins et grands rabbins Jaïs, Naouri, Chekroun, Fingerhut , Hadas, Lebel.. Le communiqué du dernier numéro en terre algérienne, celui de mars-avril 1962 se rapportait aux évènements tragiques des 23 et 26 mars à Alger qui firent de nombreux morts et blessés :" au moment où parait ce numéro, les dramatiques évènements qu'a connu Alger dans la dernière semaine de mars sont encore dans toutes les mémoires. Nous nous inclinons devant les malheureuses victimes et partageons la douleur des familles frappées au cours de cette terrible épreuve". Information Juive reprendra sa parution en septembre 1963 en tant qu'organe de l'Association des Juifs originaires d'Algérie et poursuivra sa route jusqu'à nos jours et nous espérons bien plus encore.

Le rôle de Jacques Lazarus durant la guerre d' Algérie(2) fut de la plus haute importance, il avait exprimé par le biais du CJAES et de son journal Information Juive l'opinion de la grande majorité des juifs d'Algérie qui était modérée dans ses positions et qui se proclamait libérale, c'est à dire favorable à ce que la communauté musulmane accède à une promotion.

Cette position avait été affirmée dès le 15 novembre 1954 lors de la réunion du CJAES : "être libéral c'est également pendant les années de guerre, rejeter les positions de violence de tous les extrémismes et appuyer une politique libérale, de manière à contribuer à l'apaisement des esprits".

Tel était Jacques Lazarus, un humaniste, dénonçant les injustices et recherchant sans relâche tout ce qui pouvait rapprocher les hommes de bonne volonté, tout en affirmant avec force et conviction son attachement à la mère patrie et au peuple juif dont il était issu.

L'un de ses derniers combats et sans doute le plus méconnu, fut d'affirmer et de se déployer sans relâche entre l'Algérie et la métropole pour que la collectivité juive, telle qu'il la définissait, fut considérée comme partie intégrante de la communauté française,et  avec laquelle elle allait partager le devenir, après les accords d'Evian.

Jacques Lazarus nous a quitté, c'était un homme exemplaire à bien des égards. Son nom sera toujours accolé à l'honneur de la Résistance et de l'Armée Juive,il fait partie de ceux  qui n'ont pas hésité, au nom de la dignité humaine et du droit à la vie du judaïsme, à braver  la barbarie nazie qui avait imposé sa loi et répandu la  terreur sur une bonne partie de l'Europe.

Son rôle en Algérie a été essentiel,  secrétaire général CJAES, il ne ménagera ni son temps ni son énergie, pour la défense des intérêts moraux des juifs d'Algérie qu'il allait représenter ainsi que ceux du Maroc et de Tunisie au Congrès Juif Mondial dès 1949.

Bâtisseur d'école, fondateur d'un organe de presse, qu'il animera pendant 50 années, tels furent ses autres mérites.

Il siègera au comité directeur du CRIF, au conseil d'administration de l'ORT . Il était officier de la Légion d'honneur, titulaire de la croix de guerre 1939-1945 et de la médaille de la Résistance avec rosette.

Un grand homme au regard de l'histoire, de l'humanité et de l'histoire des juifs à qui nous devons un immense respect et une profonde reconnaissance. Que son exemple puisse nous éclairer et nous servir de guide à nous autres ses contemporains , ainsi qu'aux générations futures.

                                                                                                                                                                                                                Fait le 12 Janvier  2014 

                                                                                                                                                                                                              Jacques Bernard  Sadon

 (1)Juifs au combat:   témoignage sur l'activité d'un mouvement de résistance par Jacques Lazarus,chef du groupe parisien de l'organisation juive de combat.      Editions du Centre. Paris 1947

 (2)Jacques Lazarus :Itinéraire d'un juif de France dans le siècle:De la Métropole à l'Afrique du Nord(1943-1962)    de Jacques Bernard Sadon  . Conform Edition.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

MORIAL - Association loi de 1901 - Le nom MORIAL est déposé à l'INPI © 2011 Tous droits réservés
Site réalisé Avec joomla Conception graphique et développement : Eric WEINSTEIN